Surveillance

Publié le par Ygor Parizel

Surveillance (Jennifer C. Lynch, 2008)

Cette cinéaste porte le même nom qu'un illustre artiste et pour cause, c'est ça fille. Réalisatrice rare, elle n'a tourné que peu de long-métrage le plus connu Boxing Helena (1993), ainsi que des épisodes de séries comme The Walking dead et American horror story.

Surveillance s'inscrit dans la veine du New Southern Gothic, une nouvelle mode depuis maintenant un quizaine d'années. On peut citer ce film dans la lignée de Mud, Take shelter, Les Bêtes du Sud sauvage ou la série True detective.

Une histoire carrément macabre d'une suite de meurtres sur une route, des agents du F.B.I. qui enquêtent plusieurs témoins se contredisent. La narration s'inspire du film Rashomon de Kurosawa avec la mise en image des divers témoignages.

Malheureusement, dans quelques scènes cela se trouve être fort brouillon. Les personnages tous aussi dingues (voir idiots) les uns que les autres ne facilitent pas l'adhésion à ce récit. Malgré tout le coup de théâtre final pourra peut-être vous surprendre ? Sauf si vous avez sû lire les indices parsemés.

En ce qui concerne la mise en scène, on pense inévitablement au père de Jennifer. L'auteure est clairement influencée par le style de David Lynch. L'ambiance insufflée à ce film est pesante.

Le casting est composé de Bill Pullman, Julia Ormond et Michael Ironside pour les plus célèbres. Les actrices s'en tirent bien mieux que les mecs qui eux sont carrément grotesques tant ils en rajoutent inutilement, les personnages étant déjà assez fous comme ça. Mais bon, cela correspond à l'esprit du Southern Gothic.

La première fois que j'avais vu ce long-métrage ma note avait été de 8/10 mais elle descend à 6/10 lors de ma dernière vision.

Commenter cet article