Belgica (Félix Van Groeningen, 2016)

Petit mot sur le réalisateur de Belgica, Félix Van Groeningen est le cinéaste le plus en vue du cinéma du Plat Pays depuis maintenant quelques années. Steve + Sky puis succesivement La Merditude des choses et surtout Alabama Monroe ont fait de cet auteur un artiste à suivre de près.

Disons le immédiatement Belgica, n'a pas la même valeur que les deux précédents longs-métrages produits. Par contre on y retrouve des caractéristiques identiques tant dans l'écriture que dans l'esthétique.

Il raconte l'histoire d'une famille pas banale et d'une boîte de nuit. Deux frères se lancent dans une aventure commune en transformant un café miteux en un bar-discothèque qui rapidement a du succès mais cette effervescence nocturne brise les liens fraternels.

Beaucoup de scènes alcoolisées, des fêtes, de la danse, des musiques électrisantes et évidemment des gens ivres et des disputes voir bastons. La façon de filmer nous plonge littéralement dans l'"univers de la nuit".

Narrativement, c'est volontairement éclaté, confus même ! Pas réellement de trame ou de fil conducteur. C'est une suite de scènes qui n'ont pas de continuité mais ce n'est pas pour autant insuivable.

Les lumières sont importantes dans la création des ambiances festives et éthyliques. Avec énormément de spots et autres sources de luminosités artificielles mais aussi un soin mit à la photo des passages plus intimes.

Bien entendu la B.O. est de qualité, c'était obligatoire vu qu'une grande partie du récit se passe dans une boîte. Un assemblage de morceaux punk, folk, électro le tout est remixé par le groupe belge Soulwax.

7/10.

Retour à l'accueil