My Childhood

Publié le par Ygor Parizel

My Childhood

My Childhood (Bill Douglas, 1972)

Bill Douglas est un réalisateur écossais que l'on pourrait qualifier de "maudit". Il n'a tourné que 4 moyens ou longs-métrages durant sa vie, plusieurs projets ont été annulés et Bill Douglas meurt précocément en 1991.

Heureusement, il nous a laissé une oeuvre mémorable avec sa Trilogie biographique. Composée du moyen-métrage My Childhood, puis de My Ain folk (1973) et enfin d'un long My Way home (1978).

L'auteur revient sur son enfance dans l'immédiat Après-Guerre, la vie dans une cité minière d'Écosse est d'une tristesse immense. Le petit garçon vit avec son frère et sa grand-mère dans une habitation de minable et sans ressources, ainsi que dans des conditions affectives presque nulles.

Ce film comporte très peu de dialogues ceux-ci sont bien écrit, ils sont vraiment distillés avec parcimonie. Douglas narre essentiellement par l'image, car elles sont extrêment expressives et la construction du scénario n'a rien de complexe.

Techniquement c'est filmé comme un film amateur, format 16mm, noir et blanc austère sans artifices pour embellir. Ca sent bon le documentaire ou le Cinéma vérité à la britannique, mais Douglas y apporte une stylisation avec des superbes plans des mines, des rues sales, des maisons misérables tout ça balayés par le vent, vraiment créatif.

On pense à la fois au films de Ken Loach mais également à Charles Dickens.

Comme je le disais plus haut, My Childhood est l'ouverture, les deux suites restent dans une veine identique, avec une clôture mais forte émotionnellement car le personnage est plus âgé.

Je donne 9/10 aux deux premiers et 8/10 au 3e.

Commenter cet article