Midnight special

Publié le par Ygor Parizel

Midnight special

Midnight special (Jeff Nichols, 2016)

En quatre longs-métrages Jeff Nichols a déjà bien laissé sa signature en matière de cinéma. Shotgun stories et surtout Take shelter et Mud ont reçu un accueil dithyrambique tant des professionnels que des cinéphiles.

Cet auteur américain possède une réelle maîtrise en terme d'ambiance et de mélange des genres. Ici, le récit débute comme un thriller/road-movie avec l'enlèvement d'un enfant qui était le "messie" d'une secte religieuse texane.

Rapidement le ton change car on comprend que ce garçon possède des dons surnaturels. Dès ce moment, on bascule vers la science-fiction, la fin laisse pantois (wtf ?) avec des dernières scènes merveilleuses que beaucoup on comparé à du Spielberg période Rencontres du 3e type.

Une oeuvre passionnante à chaque instant, le mystère est parfaitement entretenu, on nous distille des éclaircissements au fur et à mesure. Via notamment plusieurs scènes ou séquences spectaculaires (par exemple, l'accident dans la station de service).

La réalisation comme dans les autres films de Nichols est brillante. En particulier durant les scènes nocturnes grâce au travail sur la photographie, les images sont sublimes. Éclairages néons, phares de véhicules ou lampes. Les parties se déroulant la journée sont tout aussi belles avec les paysages texans et de la Louisiane.

Michael Shannon est forcément là, il est l'acteur fétiche du cinéaste. Il est accompagné par J. Edgerton, K. Dunst, S. Shepard et A. Driver, le petit héros du film est joué par le jeune Jaeden Lieberher. J'allais oublier de parler des partitions musicales qui apportent à l'atmosphère générale.

Je donne 10/10 à ce qui se présente d'ores et déjà comme un des meilleurs films de 2016.

Commenter cet article