The Black cat

Publié le par Ygor Parizel

The Black cat

The Black cat (Kaneto Shindô, 1968) Titre original: Yabu no naka no kuroneko

K. Shindô est un cinéaste assez obscur et n'est pas très connu en dehors des frontières de son pays natal. Un de ses longs-métrages possède une belle réputation auprès de la junte des cinéphiles, Onibaba.

The Black cat est une excellente tragédie fantastique. Cela dit dès le début on y voit également une correspondance avec le cinéma de Kurosawa et de Mizoguchi car il s'est aussi une histoire de samouraï (Chambara). Edgar Allan Poe n'est pas très loin non plus au passage.

Les 25 premières minutes sont superbes, d'une intensité hors norme. L'esthétique utilisée est celle d'un conte et très typée "Japon", des images macabres mais tellement belles. Shindô crée une ambiance lyrique morbide.

L'histoire racontée est celle d'une belle-mère et d'une belle-fille dont le mari est parti guerroyer qui sont violées et assassinées par des samouraïs, leurs spectres reviendront pour se venger jusqu'au retour du mari.

Les ultimes scènes carrément fascinantes et tragiques. Il y a aussi la musique traditionnelle qui augmente ces sensations, ainsi que le travail sur le son.

Un 9/10 pas volé pour ce long-métrage qui aurait même pu être un 10 si il n'y avait pas un moment creux.

Commenter cet article