Les Nouveaux sauvages

Publié le par Ygor Parizel

Les Nouveaux sauvages

Les Nouveaux sauvages (Damian Szifron, 2015) Titre original: Relatos salvajes

Ce cinéaste argentin est peu connu du grand public, il n'a tourné que 3 longs-métrages en une dizaine d'années. Ce Relatos salvajes est une bonne petite claque ! J'ai été vraiment étonner par ce film à sketchs.

Le plus notable, c'est son écriture. le scénario divisé en 6 sketchs est d'un bon niveau. Les petits films n'ont pas toujours la même valeur, c'est inégale surtout lorsque plusieurs réalisateurs participent. Ici, le 6e est un ton en-dessous mais le reste est emballant. je précise que les dialogues sont à la fois réalistes mais pas dénués d'un sens de la formule.

Les intrigues sont très originales et bourrées de rebondissements ou coups de théâtre carrément jouissifs. Les six chapitres ont des thèmes communs, la violence de la société moderne et ultra-libérale, les incivilités du quotidien, la haine et la vengeance.

L'auteur s'attaque également a son pays l'Argentine, il montre et dénonce une corruption généralisée, pas seulement de l'état mais aussi du peuple, que les gens soient riches ou pauvres, ils ne rêvent que de l'argent.

Je ne vais pas défloré les 6 histoires mais juste vous donner, les titres. Pasternak, Mort aux rats, La Loi du plus fort, La Bombe, La Proposition, Jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Pour ne rien gâcher, la mise en scène de Szifron est très inspirée. Il accumule les superbes plans avec des choix audacieux de prises de vue et des travellings fluides, la photographie est lumineuse et crée une atmosphère pesante. Ainsi qu'un générique mémorable.

Une oeuvre mordante et qui laisse à réflechir à laquelle je donne 9/10.

Commenter cet article