Calvary

Calvary (John M. McDonagh, 2014)

John Michael Mc Donagh en deux longs-métrages s'est fait remarqué par les amateurs de cinéma indépendant. Avec Calvary, il prolonge le sillon déjà creusé par L'Irlandais en 2011. Iconoclaste, noir et typiquement gaelique.

Tout débute dans un confessionnal, un prêtre écoute un habitant de son village. Celui-ci, lui annonce qu'il l'assassinera dimanche prochain pour se venger des viols qu'il a subit durant des années de la part d'un autre prêtre.

A partir de cette intrigue funèbre, le scénario se développe entre les sujets sociétaux très actuels comme la pédophilie, la pornographie on-line, les crimes violents et la Crise économique ainsi que d'autres plus intemporels comme la recherche de la spiritualité.

Le film passe de l'humour noir, au drame familial intense jusqu'au thriller malsain avec une aisance déconcertante. Les dialogues sont ciselés parfaitement, ils poussent obligatoirement à la réflexion. Les villageois sont tous des suspects en puissance tant leurs attitudes est ambiguë.

Et pour ne rien gâcher au "spectacle", la mise en scène est magistrale. Les cadrages des paysages de la région côtière sont somptueux, les habitations et les rues ne dénotent pas.

Brendan Gleeson confirme une fois encore son talent d'acteur. Il offre une prestation entre fureur et devoir de réserve avec génie. Une des plus belles prestations de sa super filmographie. Il est d'ailleurs bien accompagné par K. Reilly, C. O'Dowd, A. Gillen et I. De Bankolé.

10/10.

Retour à l'accueil