Tokyo decadence

Publié le par Ygor Parizel

Tokyo decadence

Tokyo decadence (Ryu Murakami, 1992) Titre original: Topâzu

Tokyo decadence fait partie des oeuvres les plus sulfureuses des années 90. Ce film est dans la tendance nippone du sexe outrancier, un grand nombre de production de ce type ont vus, le jour au Japon durant cette décennie.

Le quotidien d'une prostituée tokyoïte qui exerce son métier dans la sphère sado-masochiste de la capitale. Malheureusement, il n'y a pas réellement d'intrigue et cela devient vite barbant car il ne raconte rien ce film.

La succession de "performance" de cette jeune femme met mal à l'aise. Ambiance sombre voir glauque, des vétêments en cuir, des jeux de fouets, de la scatophilie et autres humiliations que les clients exécutent envers le personnage central démontrent bien le rapport au sexe qu'ont certains japonais.

Je tiens à préciser que ce film n'est pas a classé dans la catégorie pornographique, tout au plus porno soft ou érotique. De plus, il n'y a rien de sexy ou d'excitant dans les scènes que l'on voit à l'écran.

La mise en scène elle, est faite de longues séquences et jouant avec l'architecture des chambres d'hôtels, des rues et souvent la nuit donc il travaille beaucoup avec des éclairages artificiels.

Ma note est 6/10.

Commenter cet article