Jack and Diane

Publié le par Ygor Parizel

Jack and Diane

Jack and Diane (Bradley Rust Gray, 2012)

Un petit film indépendant américain d'un cinéaste inconnu, mais qui se révèle assez intriguant. À la fois une histoire d'amour lesbien et une oeuvre fantastique.

D'abord, j'ai rarement vu l'amour naissant de deux adolescentes aussi bien décrit au cinéma. Le fait que ce soit une romance entre filles n'a quasi aucune incidence sur les situations.

Touchant, très sensuel dans certaines séquences et d'une justesse rare. Les deux jeunes actrices y sont pour beaucoup dans la réussite de cette passion, Riley Keough en garçon manqué perturbée, elle est en contradiction avec la timidité et naïveté de Juno Temple.

Les comédiennes ont toutes deux un charme affolant. Kylie Minogue et Dane De Haan dans des personnages secondaires ont de l'importances.

New York est très joliment mise en valeur avec une lumière et des effets comme des flous légers pour accentués la beauté de la rue.

Comme je le signalais plus haut, il y a un brin de fantastique dans ce film. Car on y voit des interventions d'une sorte de monstre (loup-garou ?) à plusieurs coups. Celle-ci sont assez flippantes au passage et bien intégrées au récit bizarrement. Même si je ne les ai pas très bien saisies.

Au final, un long-métrage curieux et avec une vraie vision d'auteur. Et ça mérite d'être reconnu auprès d'un public, 8/10.

Commenter cet article